Témoignages des patients

Claude Docao

Longueuil le 19 septembre, 2022

Au début de l’année 2021, j’ai noté du sang dans les…

Read More

Au début de l’année 2021, j’ai noté du sang dans les selles, après des prélèvements de celles-ci , une coloscopie et une biopsie j’ai reçu un diagnostic du cancer colo-rectal, stade 3. J’ai 67 ans et je suis à la retraite. Je me garde actif en faisant du tennis depuis longtemps, j’aime faire du vélo et prendre de longues marches.

Docteure Té Vuong m’a présenté divers protocoles oncologiques et j’ai opté pour la curiethérapie, car celle-ci ne dure que 4 jours de traitement au lieu de 25 jours pour la chimio-radiothérapie. Soulignons que la curiethérapie qui m’a été proposée, est un traitement préparatoire à une chirurgie et non un traitement complet.

Donc ma curiethérapie a débuté à l’Hôpital Général Juif de Montréal le 22 et terminait le 26 février 2021. D’autres techniques médicales comme les IRM, Scanner ont été utilisées pour vérifier si d’autres organes internes, en particulier les poumons et le foie, étaient atteints. Heureusement pour moi, rien d’important à signaler.

Au mois de mai 2021, j’ai rencontré le chirurgien Diêc de l’Hôpital Pierre-Boucher à Longueuil. Celui-ci me recommande une ablation de la totalité du rectum et une partie du côlon (protectomie), ensuite une stomie provisoire à assumer.

La vie après l’ablation du rectum ne représentait pas pour moi un avenir glorieux, ou bien vous allez aux toilettes 4, 5 fois par jour pour éliminer les selles, ou bien vous portez un sac de colostomie pour le restant de votre vie, avec tous les inconvénients ainsi que les obligations de propreté et sanitaire qui en découlent. Pour les personnes qui aiment voyager comme moi, ceci me déplaisaient à tout point de vue.

J’ai pris la décision de refuser la chirurgie agressive, les protocoles oncologiques (chimio-radiothérapie), et les médicaments à base chimique, je voulais trouver un moyen plus harmonieux et respectueux pour mon corps.

Depuis longtemps, j’ai eu connaissance de la méthode Ohsawa qui consiste à s’alimenter suivant le principe d’équilibre du yin et du yang dans le corps. Cette manière de se guérir s’appelle ‘La Macrobiotique’, c’est elle que j’ai choisie.

J’ai aussi adopté pour une alimentation stricte pauvre en glucose, surtout sans sucre raffiné, et très peu en protéine carnée.

Des périodes de jeûne intermittent ou de 3 jours s’intercalaient dans cette durée de cure.

La phytothérapie m’a aussi aidé à renforcer mon foie, lequel devait faire un travail énorme pour éliminer toutes les toxines dans le sang.

Cette thérapie comprend aussi des activités physiques de tous les jours. Au début une marche de 10-15 minutes, progressivement on atteint la durée d’une à deux heures. Plus tard je reprenais mon sport préféré, le tennis et avec le concours de la belle saison , je partais faire des randonnées pédestres en forêt, en montagne ou des randonnées en vélo.

En novembre 2021: après les Scan (TDM), Endoscopie et TEP Scan les analyses montrent que la maladie ne se développe pas, des activités plutôt ‘légères’ semblent encore présentes dans les ganglions en présacré, le long des axes iliaques et dans le rétropéritoine.

Avril 2022 : Scan + coloscopie courte et longue : la tumeur au niveau rectal n’est plus visible, les ganglions tumoraux disparus.

Claude Docao

Longueuil le 19 septembre, 2022

Ian White

Montréal le 23 juillet, 2022

Après deux visites mouvementées, mais non concluantes aux urgence…

Read More

Après deux visites mouvementées, mais non concluantes aux urgences, (la première fois après plusieurs allers-retours aux toilettes pour uriner, la deuxième après une hémorragie anale) et un examen de la prostate, on m’a dit « tout va bien, appelez pour un rendez-vous dans 12 mois, le rectum n’est pas ma spécialisation » une coloscopie a confirmé un cancer du rectum.

J’ai eu la confirmation au début de 2020, juste après le début de la pandémie Covid-19, qui mettait à rude épreuve le système de santé. Il y avait pleines de temps d’attente prolongés à l’hôpital et d’annulations de traitements. Il était donc très rassurant qu’un radiologue m’a contacté quelques jours après le diagnostic pour planifier le début de mon traitement.

Il y a eu des discussions entre les spécialistes, l’oncologue, les radiologues et le chirurgien concernant la gravité de ma tumeur et si la tumeur pouvait être enlevée chirurgicalement. Le résultat a été que la tumeur a été classée entre stade 2 et 3 et non opérable avant d’être réduite en taille à cause de sa proximité du muscle anal.

On m’a alors prescrit la chimiothérapie et la radiothérapie de 28 jours. Une analyse de sang a montré qu’il me manquait un certain gène qui rendait la chimiothérapie plus puissante, de sorte que la dose standard devait être réduite. La chimiothérapie cause souvent des nausées ou d’autres effets secondaires, mais dans mon cas, il n’y a pas eu de problème. En effet, la dose a été progressivement augmentée au cours du traitement. La radiothérapie a été effectuée par une énorme machine orbitale avec un temps de cycle d’environ 15 minutes. Une vessie pleine était nécessaire pour commencer la radiothérapie. J’avais des rendez-vous réguliers avec le radiologue pendant le traitement, et il m’a dit qu’il y avait de bons progrès, que la tumeur diminuait progressivement de taille. Nous avons discuté de traitements alternatifs tels que la curiethérapie qu’il ne pouvait pas recommander, en disant qu’il est trop expérimental et trop analogue aux premières étapes de la chirurgie oculaire corrective.

Une fois diagnostiquée d’un cancer, j’ai passé en revue les sources d’information sur Internet. J’ai trouvé un article sur un régime pauvre en glucides des plus convaincants et j’ai suivi cela avec zèle (merci à mon partenaire) pendant le traitement et pendant plusieurs mois par la suite. Les informations sur la curiethérapie étaient rares et celles qui existaient n’étaient pas à jour. J’ai également continué à faire de l’exercice régulièrement et assez intensivement, parfois à la maison pendant l’hiver avec la fermeture des gyms à cause du Covid.

Le protocole standard en Amérique du Nord suivant le traitement de la chimiothérapie et la radiothérapie consiste à retirer chirurgicalement la section cancéreuse. J’ai rencontré le chirurgien qui m’a dit que la tumeur était maintenant opérable, qu’elle serait retirée lors de ce que je considérais comme une opération majeure et qu’elle nécessiterait une plomberie temporaire et un sac de colostomie pendant plusieurs semaines pour permettre au rectum de guérir. J’ai évoqué la possibilité d’une curiethérapie, le chirurgien était au courant du traitement, mais n’a pas donné d’avis. Une date a été fixée pour l’opération.

Ma fille inquiète a contacté le département d’oncologie de l’HGJ. La réponse a été des plus positives. Ils m’ont donné un rendez-vous avec le Dr. Vuong de curiethérapie. Le Dr Vuong a accepté de m’admettre dans le programme et m’a dit qu’avec deux traitements de curiethérapie, le cancer visible pourrait disparaître. Cette nouvelle, combinée à mes appréhensions quant à l’alternative, m’a amené à annuler l’opération.

Le département de curiethérapie chez l’HGJ se trouve dans une zone séparée et autonome avec son propre personnel, annexée à la section d’oncologie. Bien que les nouvelles ne soient pas toujours bonnes, l’environnement et le personnel sont très favorables.

La curiethérapie est un traitement qui cible directement le site de la tumeur. La procédure nécessite un lavement pour nettoyer le rectum et l’insertion d’une caméra et d’une électrode anale pour le traitement. Le traitement dur au maximum quelques minutes avec un minimum d’inconfort.

En fait, j’ai subi trois traitements de curiethérapie, suivis de contrôles par caméra à trois mois d’intervalle, maintenant étendus à six mois. J’ai aussi eu des échographies, des IRM, des TEP et des prises de sang. Je suis maintenant dans la troisième année suivant le diagnostic initial. Il n’y a aucun signe visible de cancer.

Je suis extrêmement chanceux. Je ne suis pas dans le domaine de la santé. Le bon sens a guidé mes décisions. Je crois que le régime pauvre en glucides et l’exercice ont aidé à combattre le cancer. Cibler le cancer par curiethérapie au lieu de la chirurgie était à mon avis préférable. Si je pouvais revenir à une décision sur le traitement initial, j’aurais choisi de commencer par la curiethérapie.

N’hésitez pas à me contacter par l’intermédiaire de l’organisation de l’HGJ pour des éclaircissements ou des questions.

Ian White

Montréal le 23 juillet, 2022

Georges Beaulieu

Montréal le 22 juin, 2022

1. Quel âge avez-vous ?
“J’ai 7…

Read More

1. Quel âge avez-vous ?
“J’ai 75 ans”

2. En quelle année avez-vous eu votre diagnostic de cancer ?
“2018”

3. Dans quel contexte avez-vous consulté le Dr Vuong ?
“Suite a plusieurs discussions entre Dre Béland, (St-Jérôme) Dr Gary Mok, (Cité de la Santé Laval) et Dr François Dagbert (CHUM) il a été suggéré que le traitement le plus efficace pour mon cas est la Curiethérapie (HGJ de Montréal) par le Dre Té Vuong. Traitement que j’ai accepté avec empressement.”

4. Quelles étaient les options de traitement qui vous ont été offertes et comment avez-vous fait votre choix?
“Suite a une discussion avec le Dre Té Vuong, celle-ci m’a donné pleine confiance en ce traitement. Elle a été très rassurante et attentive à mon égard.”

5. La curiethérapie n’est pas un traitement standard, qu’est-ce que le traitement représente pour vous et vos proches ? Avez-vous trouvé cette expérience difficile ?
“Non je me sentais très bien accompagné avec l’équipe du Dre Vuong.”

6. Comment s’est passée la chirurgie?
“Sans aucun problème tout s’est très bien passé.”

7. Avez-vous eu de la chimiothérapie par la suite ?
“Oui chimiothérapie adjuvante (préventive) par voie intraveineuse (Port-a-Cath). Les agents chimiothérapiques qui m’ont eté administré :
FOLFOX (leucovorine, 5-fluorouracil  et oxaliplatine) aux 2 semaines pendant 6 mois (12 cycles).”

8. En résumé, quels avantages et inconvénients avez-vous trouvé concernant la curiethérapie ?
“En ce qui me concerne tout s’est bien passé pendant les traitements.”

9. Êtes-vous satisfait de votre qualité de vie actuelle et pouvez-vous nous dire comment ça a évolué après vos traitements ? “Je suis très satisfait de ma qualité de vie actuellement.”

10. Pensez-vous que la recherche dans ce domaine est importante et avez des suggestions à partager avec d’autres patients et chercheurs ?
“Ce que j’ai trouvé le plus difficile dans les traitements de ce cancer est la période ou j’ai eu une iléostomie temporaire (1er février 2019) et surtout le prolapsus qui a duré pendant une période de cinq mois. Suite à mon anastomose intestinale (29 juin 2019) j’ai souffert d’incontinence active pendant près de deux années. Maintenant depuis plus d’un an tout va très bien. Tout mon système intestinal fonctionne très bien. La recherche est certainement très avantageuse dans ce domaine.”

Georges Beaulieu

Montréal le 22 juin, 2022

Normand Rock

Montréal le 21 Décembre 2021

1. Depuis quand avez eu votre diagnostic de cancer et quel …

Read More

1. Depuis quand avez eu votre diagnostic de cancer et quel âge aviez-vous alors ? 
“Approximativement 6 à 12 mois avant le début du traitement de radiothérapie, j’avais 67-68 ans.”

2. Quels options de traitement vous ont été offertes ? 
“2 options s’offraient à moi : chirurgie ou radiothérapie”.

3. Pourquoi avez-vous choisi la radiothérapie ?
“Par défaut, suite à une entrevue avec le Dr. Vuong m’avisant qu’il y avait 50-60% de chance de réussite avec la radiothérapie, j’avais opté pour la chirurgie mais dû à ma condition physique à ce moment c’était impossible, donc retour à la radiation.”

4. Comment s’est passé votre traitement ? Quels étaient les effets secondaires ?
“Aucuns effets secondaires. Même ce fut agréable, traité aux petits oignons par l’équipe qui était très attentionnée. A part d’avoir contribué je crois à avoir éliminé une chirurgie, tout va très bien.”

5. Avez-vous des conseils pour d’autres patients ou chercheurs ?
“A 100% pas de chimiothérapie – pas de réhabilitation. Sans hospitalisation – pas de médicament, aucun effet négatif. J’espère que suite à ces résultats, les pourcentages de réussite de vos traitements vont augmenter et que ces traitements vont être offerts à d’autres patients plus facilement.”

Normand Rock

Montréal le 21 Décembre 2021

Claude Green

Brossard le 25 Novembre 2021

1. En quelle année avez-vous reçu un diagnostic de cancer du r…

Read More

1. En quelle année avez-vous reçu un diagnostic de cancer du rectum ?

“J’ai vu la première tache de sang frais dans mes selles et je suis allé chez le médecin pour demander une coloscopie. Novembre 2019, coloscopie effectuée et cancer rectal diagnostiqué.”

2. Quelles options de traitement s’offraient à vous ?

“Les options de traitement qui s’offraient à moi étaient la thérapie chirurgicale ou la radiothérapie.”

3. Quel a été votre processus de réflexion concernant votre
choix de traitement ?

“Discuter avec les médecins qui pourraient proposer leurs options de traitement en fonction de la localisation, de la taille et du grade de la tumeur.”

4. Avez-vous reçu suffisamment d’information pour prendre une decision ?

“Je suis tout à fait au courant des détails du traitement chirurgical en raison de mon expèrience passée en tant qu’anésthésiste et intensiviste en Allemagne.”

5. Vous avez decide de participer a un protocole de recherche. Pourquoi avoir choisi le protocole Morphée ?

“Dr. Vuong m’a expliqué la radiothérapie comme traitement alternatif au traitement chirurgical. J’ai accepté de faire partie du protocole.”

6. Pouvez-vous partager votre experience des risques associes a un protocole de recherche ?

“La radiothérapie et après la curiethérapie, j’ai eu quelques douleurs pendant la défécation. Le Dr. Vuong a préscrit un traitement (comme un lavement) qui a réduit la douleur et progressivement la défécation est devenue plus facile. A l’époque ou j’allais aux toilettes assez fréquemment, comme 10 à 14 fois par jour, les selles arrivaient très peu, je n’avais pas d’incontinence fécale, parfois j’avais l’impression que je devais aller aux toilettes, mais il y avait très peu ou rien. Pendant et après la radiothérapie, le Dr. Vuong et son équipe m’ont suivi, ils ont effectué un examen clinique, une analyse sanguine, une rectoscopie rigide, une IRM et une tomodensitométrie. Ils ont envoyé une référence à d’autres spécialistes, comme un interniste, un gastro-entérologue et des chirurgiens selon leur protocole.”

7. Avez-vous des conseils à donner aux chercheurs et/ou aux autres patients selon votre experience ?

“J’avais quelques connaissances en radio-0ncologie, mais je ne savais pas comment cela allait m’affecter. Mais d’un autre coté, j’ai vu beaucoup de patients après une chirurgie intestinale, comme une colostomie ou une iléostomie à cause de ma profession de médecin. A l’heure actuelle, il s’est écoulé près de 2 ans après le début du premier traitement. Je mange des legumes, de la viande, du poulet, du poisson, des fruits et des produits laitiers sans aucune restriction, je n’ai pas de diarrhée ni de constipation. En général, je ne prends pas de nourriture épicée. Je ne vais pas au restaurant, je prepare ma nourriture à la maison. Dormez suffisamment et évitez l’alcool et la cigarette. Je travaille près de 50 heures par semaine, physiquement et au bureau, comme je travaillais avant que l’on me diagnostique un cancer du rectum.

La seule différence est que je dois être près des toilettes quand j’ai le sentiment que je devrais aller aux toilettes. Je ne suis pas capable de tenir plusieurs heures comme avant le traitement. 2 ans après le début du traitement je vais aux toilettes environ 5 fois par jour, sans aucune douleur. J’observe mes selles, il y a parfois un peu de sang frais, parfois du sang coagulé. On m’a expliqué que cela venait de la cicatrice. Je me suis adapté à la nouvelle situation. J’ai joué au tennis ces 20 dernières années. Apres 2 ans de traitement, j’ai recommencé à jouer au tennis 2 à 3 fois par semaine au total presque 6 heures par semaine. Les 2 dernières années, j’avais peur de faire un long voyage en voiture ou en avion. Mais maintenant, je suis plus confiant que je peux faire un long trajet, comme 6-7 heures de conduite.

En Novembre 2019, j’ai eu un diagnostic de carcinome rectal par une longue coloscopie, et en Juillet 2021, le meme médecin a répété une autre longue coloscopie. Et diagnostiquée comme normal. L’IRM et le Scanner sont également normaux. Enfin presque 2 ans après la radiothérapie, je suis capable de continuer ma vie presque comme avant. Certainement, le suivi doit être fait avec soin au besoin. Je suis content d’avoir accepté au début de participer à un protocole.”

Claude Green

Brossard le 25 Novembre 2021

Patient video testimonials

Please find here a few interviews and testimonials from patients th…

Read More

Please find here a few interviews and testimonials from patients that were treated by Dr. Vuong and her team at the Jewish General Hospital.

Veuillez trouver les interviews et témoignages de patients parlant anglais (sous-titres en français) qui ont été traités par le Dr Vuong et son équipe à l’hôpital General Juif.

Patient video testimonials

Johanne and Josée Charpentier au nom de leur mere Thérèse Mcsween Charpentier

Salaberry de Valleyfield le 17 Novembre 2021
“Nous sommes, ma soeur Johanne et moi, le…
Read More
“Nous sommes, ma soeur Johanne et moi, les interprètes de notre mère Thérèse. Nous l’avons accompagnée chez le médecin dès ses premiers symptômes en 2019.
L’apparition de sang dans ses selles en fin d’année 2019 suite à une coloscopie, nous a rapidement dirigé vers Dr Vuong et cette belle équipe de traitements pour ceux atteint de cancer.
Dès la premiere rencontre avec le Dr Vuong, des schémas et des explications de different traitements étaient proposés selon l’état du cancer et le niveau d’évolution de celui-ci.
Les options étaient encourageantes puisqu’elles semblaient toutes prometteuses de guérison selon le niveau de son cancer.
Certains scénarios étaient exposés au choix :
– Traitements agressifs , de courtes durées et moins de présences hospitalières …mais avec le risque que le cancer y soit présent …le risque de vivre une chirurgie en final planait avec certains choix que nous préférions oublier. Notre mère refusait une chirurgie si telle était l’option finale. Elle préférait mourir.
– Les traitements jumelés de radiothérapies et chimiothérapie ainsi que la curiethérapie et plusieurs rendez-vous avec Dr Vuong sur les premiers 12 mois semblaient ardus mais plus sécuritaires …on a préféré soutenir notre mère avec ce choix plus prudent.
Il faut dire que notre mère de 81 ans s’était faite à l’idée de mourir dès l’annonce du cancer et elle était résiliente. Nous savons qu’elle a  accepté de faire parti du protocole de recherche grâce à notre investissement pour elle. Nous l’avons accompagnée toutes les 2 à chacune des rencontres. Nous avions fait de cette épreuve,  une activité de filles, un défi mère-filles, un souvenir pendant la pandémie tout en passant de bons moments à rire de cette situation …même quand c’était plus triste.
Les risques que nous voyions lors des nombreux rendez-vous médicaux pour divers traitements étaient la sur-exposition lors de la pandémie et les nombreux déplacements.
D’autres part, le risque élevé d’abandon du protocole et des traitements de la part de notre mère causé par les retards constants pour ses rendez-vous de radiothérapie….
– Bris de matériel médical,
– retards dans l’horaire,
– erreur d’organisation,
– manque de personnel
– changement de local
– attente trop longue en salle d’attente…8/10
Nous avons dû  ,ma sœur et moi, user de patience  pour encourager notre mère à continuer ses traitements….
Conseils constructifs:
– Faciliter le transport des patients en traitements
– La ponctualité  accentue le désir de revenir la prochaine fois sans inquiétude
– La rapidité des moments hospitaliés encourage positivement l’humeur
– Les soins personnels par une infirmière ou infirmière-auxiliaire tel que le ‘” fleet” auraient aidé grandement avant les traitements.
– Éviter toutes les étapes anxiogènes le plus possible
Nous vous remercions pour le dévouement professionnel de l’équipe de recherche, Dre Vuong et ses nombreux défis .
Merci spécial au personnel soignant toujours gentil, calme et rassurant.
Merci d’avoir été si présent dans un moment si stressant pour notre mère et nous ses filles.
Vive la science, vive la recherche scientifique et Bravo  au savoir- faire de l’équipe mais surtout au savoir-être de vous tous!
Bonne continuation des recherches.”

Johanne and Josée Charpentier au nom de leur mere Thérèse Mcsween Charpentier

Salaberry de Valleyfield le 17 Novembre 2021

Donald Patton

Charlottetown le 17 Novembre 2021

1. En quelle année avez-vous été diagnostiqué avec un c…

Read More

1. En quelle année avez-vous été diagnostiqué avec un cancer du rectum ?

“Je me considérais en bonne santé jusqu’au début de 2019, lorsque j’ai été diagnostiqué avec un cancer du rectum. Le traitement par radiothérapie et chimiothérapie a commencé tout de suite, et la chirurgie a suivi quelque temps plus tard.”

2. Dans quel contexte avez-vous consulté le Dr Vuong dans notre établissement ?

“L’intervention chirurgicale d’août 2020 semblait être un succès total. Nous avons donc tous été surpris lorsque, quatre mois plus tard, la tumeur était revenue ! Désormais, une seconde opération semblait inévitable, avec des “répercussions importantes sur la qualité de vie”. Face à cette perspective, j’ai interrogé le chirurgien sur la possibilité d’une approche alternative.”

3. Quelles options de traitement vous ont été suggérées par votre hôpital de référence ?

“L’option suggérée était la seconde opération. Cependant, après avoir consulté son équipe, le chirurgien a identifié pour moi le Dr Té Vuong, professeur à McGill, à l’Hôpital général juif de Montréal. La Curiethérapie Endorectale à haut débit de dose (HDREBT) du Dr Vuong pourrait-elle résoudre le problème ? Le chirurgien a parlé en bien du Dr Vuong et de sa réputation internationale.

En conséquence, en mai 2021, je me suis rendu à Montréal pour voir le Dr Vuong. Heureusement, après d’autres tests, le Dr Vuong a pu m’accepter comme patient pour la HDREBT.”

4. La Curiethérapie n’est pas un traitement standard, que représente ce traitement pour vous et votre famille ? Combien de séances avez-vous reçues ? Avez-vous trouvé cette expérience difficile ?

“La Curiethérapie signifie qu’il y a une possibilité de guérison sans une deuxième chirurgie invasive.

Au cours du mois de juillet 2021, le Dr Vuong m’a administré trois traitements de HDREBT, à raison d’un par semaine pendant trois semaines. Ma femme a pu m’accompagne à chaque rendez-vous.

Pendant chacune des séances, le Dr Vuong et son équipe ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour que je sois à l’aise. Cependant, malgré la sédation, j’ai ressenti une certaine gêne. Mais c’était tout à fait gérable et cela a cessé dès la fin de la procédure.”

5. Vous avez précédemment reçu une radiothérapie externe standard et une chimiothérapie ; quelle est votre expérience de la curiethérapie par rapport aux deux autres traitements ?

“Après le diagnostic en 2019, j’ai reçu 25 doses de radiothérapie externe ainsi qu’une chimiothérapie (pilules). Les radiations ont apporté un bénéfice notable et les effets secondaires ont été minimes. Les résultats du traitement de 5 semaines ont été très bons – la tumeur a disparu.

Pour que l’effet se poursuive, une chimiothérapie supplémentaire a été proposée et acceptée – cette fois, des comprimés et une perfusion (l’espoir était d’éviter complètement la chirurgie). Cependant, au printemps 2020, la tumeur était réapparue et la chirurgie est devenue inévitable).

Les pilules n’ont pas eu d’effets secondaires notables. Cependant, l’intraveineuse a causé une sensibilité (temporaire) au froid et des dommages (permanents ?) aux nerfs de la plante des pieds.

Après le premier cycle de curiethérapie, j’ai constaté une amélioration immédiate des symptômes, sans effets secondaires notables. En effet, entre chacune des trois séances hebdomadaires, ma femme et moi avons pu visiter certains des sites touristiques de Montréal. Nous avons beaucoup marché ! Depuis mon retour à la maison, je n’ai ressenti presque aucun effet secondaire et je me sens toujours bien.

Aujourd’hui, les perspectives semblent prometteuses. Comme il fallait s’y attendre, mon cas sera suivi de près au cours des deux prochaines années.”

6. En résumé, quels avantages et inconvénients avez-vous trouvés à la curiethérapie ?

“La Curiethérapie a nécessité beaucoup moins de séances (mais plus longues) que la radiothérapie classique – trois contre 25. Il y avait cependant un certain inconfort pendant le traitement par curiethérapie. Par rapport à la chimiothérapie, la curiethérapie est administrée sur une période beaucoup plus courte et ne présente pas d’effets secondaires gênants. Plus important encore, si elle réussit, la Curiethérapie m’aura totalement évité de devoir subir une seconde intervention chirurgicale invasive.”

7. Pensez-vous que la recherche dans ce domaine soit importante et avez-vous des suggestions à partager avec d’autres patients et chercheurs ?

“J’espère vivement que la recherche se poursuivra sur tous les aspects de la Curiethérapie à haut débit de dose et de ses avantages. Enfin, compte tenu de mon expérience, je recommanderais vivement le Dr Vuong et la Curiethérapie à haut débit de dose à tout patient atteint d’un cancer du rectum qui remplit les conditions requises pour ce traitement.”

 

Donald Patton

Charlottetown le 17 Novembre 2021

JG Periard

Varennes le 08 Novembre 2021

1. En quelle année avez-vous été diagnostiqué avec un c…

Read More

1. En quelle année avez-vous été diagnostiqué avec un cancer du rectum ? 
” J’ai maintenant 53 ans et mon diagnostic de cancer du rectum de stade 3 m’a été annoncé il y a deux ans, en octobre 2019. Le diagnostic a été posé lors d’une coloscopie suite à des reflets dans mes selles et un examen général négatif quelques mois auparavant.

2. Dans quel contexte avez-vous consulté le Dr Vuong ?
” J’ai été mis en contact avec le Dr Vuong lorsque l’équipe médicale s’est réunie pour décider des traitements post-chirurgicaux. Deux solutions pré-chirurgicales s’offraient à moi : soit une radiothérapie externe et une chimiothérapie en renfort, ceci pendant une période de 30 jours, soit une curiethérapie sans chimiothérapie pendant une période de 4 jours consécutifs.”

3. On vous a donné le choix entre la radiothérapie externe et la curiethérapie, pourquoi avez-vous fait ce choix ?
“Une fois les différents traitements avec leurs avantages et leurs effets secondaires expliqués, et après consultation de ma femme et du Dr Vuong, pour moi, le choix n’a pas été difficile à faire et a été presque instantané. Je travaille dans l’ingénierie mécanique, dans un domaine de recherche et de développement. Je suis donc à l’affût des innovations technologiques et cela m’amène à penser que les innovations technologiques médicales sont très bien fondées, testées pendant plusieurs années et que leurs résultats sont souvent bien au-delà des attentes comme ce fut le cas pour moi.”

4. Pouvez-vous partager votre expérience des risques liés à un protocole de recherche ?
“Certaines mesures sont prises pour déterminer la cible et les paramètres du traitement. Ils injectent un sédatif à ce moment-là et par la suite à chaque début de procédure. Une fois les paramètres révisés, la curiethérapie commence et ne dure que quelques minutes sans attente. Ensuite, les instruments sont retirés et nous sommes dirigés vers la salle de post-traitement. Le stress tombe, l’épuisement et la fatigue se font sentir. Une fois que l’on se sent mieux et sous les conseils des infirmières, nous pouvons partir. Les jours 2 et 3 du traitement ont été les plus épuisants pour moi et j’ai mis plus de temps à partir.”

5. Comment s’est déroulée l’opération ?

“L’opération a nécessité 10 heures de travail en salle d’opération. Selon mon chirurgien, mon corps a très bien réagi à la curiethérapie. La masse cancéreuse était circonscrite et les tissus étaient sains autour, ce qui a grandement facilité l’opération. Mon rectum et trente et un ganglions lymphatiques proches ont été prélevés pour analyse. La convalescence s’est déroulée sans trop de difficultés compte tenu de l’ampleur de cette chirurgie. Quelques semaines plus tard, les résultats des analyses des ganglions lymphatiques étaient tous négatifs. Quelle joie. Mon cancer était maintenant au stade 2 au lieu de 3. Comme aucun ganglion lymphatique n’avait été touché, l’oncologue n’a pas recommandé de chimiothérapie postopératoire. Je suis actuellement le protocole post-chirurgical (scans et analyses de sang tous les 6 mois) et je me porte très bien.”

6. Avez-vous des conseils à donner aux chercheurs et/ou aux autres patients sur la base de votre propre expérience ?
“En conclusion, les résultats m’ont confirmé aujourd’hui que la curiethérapie était le bon choix pour moi et ont renforcé mes croyances dans ce qui attire les soins alternatifs peu communs. Si quelqu’un a la chance comme moi d’être candidat à la curiethérapie et d’être soutenu par l’équipe du Dr Vuong et de l’Hôpital général juif de Montréal, je l’encourage VIVEMENT à opter pour ce choix, et je lui souhaite un prompt rétablissement.

 

JG Periard

Varennes le 08 Novembre 2021

G.Bougé

Boucherville le 28 Octobre 2021

“À l’âge de 60 ans, mon m…

Read More

“À l’âge de 60 ans, mon médecin de famille a diagnostiqué un cancer suite à un test de routine car on a vu du sang dans mes selles. J’ai été examiné par différents médecins à l’hôpital Pierre Boucher et Dr. Vuong a été mise au courant de mon cas, MERCI, car tout ce que les autres médecins me proposaient était l’opération, la chimio et la radiothérapie… Dr. Vuong m’a bien expliqué son traitement et les chances de réussite. La Curiethérapie s’est donc passée les 1-2-3-et 4 avril 2011 à l’hôpital général Juif  de Montréal sous sa supervision avec un personnel gentil, aimable et surtout très respectueux. Mon cancer du rectum fut donc chose du passé sans aucune opération ou chimio, ce que je souhaitais.

Depuis ce temps je suis suivi, au début tous les quatre mois, ensuite les six mois et maintenant une fois par année. Ma vie est très belle, le seul bémol est que je dois écouter mon corps car aller à la selle pour moi c’est 3-4 fois par jour ! Pas trop cher payé pour avoir une très belle qualité de vie sans SAC et sans chimio .

Je voudrais donc dire merci à mon médecin de famille qui était une IPS et au Docteur Té Vuong de me permettre de continuer à avoir une vie de qualité à 71 ans

Merci aussi à toute son équipe” 

G.Bougé

Boucherville le 28 Octobre 2021

Video témoignages de patients

Veuillez trouver ci-joint quelques témoignages de patients qui ont…

Read More

Veuillez trouver ci-joint quelques témoignages de patients qui ont été traité par le Dr. Vuong et son équipe à l’Hôpital Général Juif de Montréal.

Please find here a few interviews and testimonials (subtitles in English) from patients that were treated by Dr. Vuong and her team at the Jewish General Hospital.

Video témoignages de patients